C’est bien de concevoir de beaux emails pour vos clients ou prospects, mais s’ils ne sont pas lus, c’est du temps perdu.

L’une des statistiques fondamentales à regarder lorsque vous menez des campagnes d’emailing, c’est le taux d’ouverture des emails.

Et c’est l’indicateur auquel nous allons nous intéresser dans cet article : après quelques rappels sur sa définition et les taux d’ouverture moyens par secteur d’activité, on vous dévoilera 6 astuces pour améliorer le taux d’ouverture de vos emailing et faire en sorte que vos emails ne finissent plus jamais dans la corbeille sans avoir été lus ! 

Taux d’ouverture emailing : définitions et calcul

L’emailing

Avant de parler de taux d’ouverture emailing, rappelons très brièvement de quoi on parle quand on dit « emailing ».  L’emailing est une action de communication qui consiste à envoyer en même temps et de manière ciblée un email aux contacts de votre base de données. Selon l’objectif que vous visez, votre emailing aura soit pour but de convertir des prospects en clients, soit de fidéliser vos clients déjà existants. On parle alors soit d’emailing d’acquisition ou d’emailing de fidélisation.

Le taux d’ouverture d’un emailing

Vous l’aurez deviné, le taux d’ouverture emailing désigne le pourcentage d’emails qui ont été ouverts par vos destinataires parmi le nombre total d’emails délivrés.

Le taux d’ouverture emailing est un indicateur clé qui vous permet de mesurer la performance de vos campagnes emailing ainsi que l’engagement de votre audience cible.

Comment calculer un taux d’ouverture emailing ?

Taux d’ouverture emailing (%) = nombre d’emails ouverts / nombre d’emails délivrés * 100

Prenons un exemple concret : Imaginons que vous avez envoyé votre campagne d’emailing à 500 contacts, 490 l’ont reçu et 150 ont ouvert l’email. Le taux d’ouverture sera donc de : (150/490) x 100 = 30,6%.

À noter que d’après Sendinblue, le taux d’ouverture moyen pour tous secteurs confondus est de 25,85 %. Cependant, en fonction du secteur d’activité, il existe des taux d’ouverture propre à chaque secteur.

Taux d’ouverture moyens par secteur d’activité

Les taux d’ouverture emailing varient en fonction des secteurs d’activité :

  • Agences & Consulting : 26,25%
  • Associations : 36,75%
  • Assurances : 36,25%
  • Beauté & Mode : 25,20%
  • Divertissement : 27,70%
  • Électronique : 31,35%
  • Emploi : 25,90%
  • Finance : 24,35%
  • Immobilier : 27,40%
  • Maison & Jardin : 20,50%
  • Marketing & Publicité : 38,10%
  • Médias & Édition : 20,80%
  • ONG : 24,00%
  • Santé : 25,85%
  • Services aux consommateurs : 24,50%
  • Services santé : 25,85%
  • Technologie & Logiciels : 26,90%
  • Télécommunications : 20,20%
  • Voyage & Tourisme : 23,60%

(source : étude Sendinblue)

Si vous constatez que votre taux d’ouverture emailing est plus bas que la moyenne de votre secteur, nos astuces d’optimisations sont faites pour vous ! On vous invite à lire la suite de l’article.

6 conseils pour améliorer son taux d’ouverture emailing

Chose promise, chose due, il est temps de vous dévoiler toutes nos astuces de growth pour augmenter votre taux d’ouverture emailing.

1) Nettoyez régulièrement votre liste de contacts

Une grande liste de contacts, c’est bien, mais si la moitié des emails atterrissent en spams ou ne sont jamais ouverts, ça ne vous sert à rien. Assurez-vous donc à intervalle régulier que vos contacts acceptent toujours de recevoir vos emails et enlevez-les de votre liste d’emailing si ce n’est plus le cas. Cette étape vous permettra d’accroître le taux de délivrabilité de vos emails et assurera un plus fort engagement de votre communauté.

2) Segmentez vos contacts pour envoyer le bon email à la bonne personne

La segmentation de vos contacts vous permet d’envoyer des messages différents en fonction de vos cibles. En effet, si vous envoyez exactement le même message à toute votre base de contacts (prospects, clients, homme, femme, enfants, tous confondus, etc.), vous prenez le risque d’en frustrer certains avec la non-pertinence du contenu et ceux-là finiront alors par ne plus ouvrir vos emails.

Pour réussir votre segmentation, vous devez comprendre votre cible, ses besoins et désirs afin de lui proposer un contenu totalement approprié qui répond à ses attentes. Pour ce faire, vous pouvez vous aider des données recueillies par votre CRM.

3) Soyez pertinent quant au choix de l’expéditeur de l’email

En fonction de votre objectif et de votre cible, vous devez choisir si vous envoyez l’email au nom de votre marque ou au nom d’un employé de votre entreprise (direction, commercial, marketing, etc.).
Si vous cherchez à instaurer une relation de proximité avec vos prospects ou clients, par exemple, il peut être préférable d’envoyer l’email au nom d’une personne pour rassurer et renforcer la confiance avec votre cible.
Si au contraire, vous communiquez sur un nouveau produit dans votre catalogue ou un nouvel article de blog, la marque peut être légitime pour prendre la parole.

4) Rédigez un objet d’email et un pré-header attractifs

Après l’expéditeur, l’objet d’email et le pré-header sont les deux autres éléments que votre destinataire va voir en premier. Et comme on dit, vous n’avez jamais une seconde chance de faire bonne impression ! Vous devez donc être percutant, attirer l’attention et susciter l’intérêt de votre destinataire dès le premier coup d’oeil. D’ailleurs quand on sait que 68% des destinataires n’hésitent pas à placer votre email en spam si ils jugent que l’objet n’est pas pertinent, ça pousse à agir !

Avant de vous partager nos bonnes pratiques, et pour qu’il n’y ait aucune confusion de votre côté, vous trouverez ci-dessous un petit reminder du nom d’expéditeur, de l’objet d’email et du pré-header (ou texte d’aperçu).

Objet d'email & pré-header

Nos conseils pour un objet d’email percutant :

  • Soyez concis et allez à l’essentiel : rédigez un objet d’email court pour capter directement l’attention de votre visiteur mais également pour éviter que les boîtes de messagerie ne tronquent votre message. Le nombre de caractères affichés varie en fonction des applications : 77 caractères pour Gmail, 60 pour Outlook et seulement 30 pour Orange, etc… Fixez-vous donc une limite maximale entre 50 et 60 caractères !
  • Évitez les spam word : pour ne pas tomber dans le dossier tant redouté des emails indésirables, il est recommandé d’éviter l’utilisation de certains mots tels que « 100% gratuit », « promotion spéciale », « urgent », « vous avez gagné », « gagner de l’argent »…
  • Utilisez la personnalisation : n’hésitez pas à insérer directement le prénom de votre destinataire dans votre objet d’email pour attirer son attention et lui donner envie de cliquer ! Vous pouvez également jouer sur la ville, le nom de son entreprise (B2B), etc.
  • Utilisez des emojis (sans en abuser bien sûr 😬) : cela va permettre d’apporter un aspect plus humain et de rendre votre email plus visible dans la boite de réception de votre destinataire.
  • Soyez créatif : n’hésitez pas à ajouter une touche d’humour ou à faire référence à un fait d’actualité, car si vous arrivez à faire sourire votre lecteur, vous avez tout gagné.

 

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour rédiger un objet d’email qui va donner envie à vos destinataires d’ouvrir votre email, mais ce n’est pas suffisant ! Le texte d’aperçu a également un rôle important. Il est un peu comme le meilleur ami de votre objet d’email et il ne faut pas le négliger. En effet, selon Litmus, 24% des destinataires d’un email lisent le pré-header d’un email avant de décider de l’ouvrir ou non.

Nos conseils pour un pre-header qui fonctionne : 

  • Variez le contenu : il peut être tentant de réutiliser ici le même wording que dans votre email (surtout si vous êtes dans une période de rush), mais c’est une très mauvaise pratique car cela créé une répétition dans la boîte de réception de votre destinataire. De plus, si votre objet d’email ne l’a pas convaincu, en réutilisant la même chose dans votre pre-header, vous manquerez une seconde fois de capter son attention.
  • Gardez une ligne directive : votre pre-header doit certes être différent de votre objet d’email, mais il doit rester cohérent avec ce dernier et le compléter. Vous pouvez notamment en profiter pour donner un peu plus d’information à votre destinataire ou pour faire du teasing.
  • Appelez à l’action : proposez ici une incentive ou utilisez des verbes d’action pour inciter les lecteurs à cliquer ! Attention cependant à trouver le juste milieu pour que votre email ne ressemble pas à un email publicitaire.
  • Vérifiez le nombre de caractères : encore une fois, ne soyez pas trop gourmand et pensez à concentrer la promesse de votre message dans les 30 premiers caractères, car sur mobile, la longueur du pre-header est d’environ 35 caractères (même s’il peut monter jusqu’à 80 caractères sur desktop).
  • Encore et toujours : personnalisez et soyez créatif ! 

5) Choisissez le bon timing pour envoyer votre emailing

Rappelez-vous, le principe de toute bonne stratégie marketing est de proposer le bon message à la bonne personne au bon moment. Mais quels sont les meilleurs jours pour envoyer vos campagnes emailing ? Chez Growth Angels, nos clients nous posent très souvent cette question.

Selon l’étude de SendinBlue, relayée par SiècleDigital, le plus important à retenir quelque soit votre secteur d’activité est que :

  • Plus de 85% des emails sont ouverts en semaine ;
  • Plus de 90% des clics sont effectués en semaine ;
  • Les meilleurs moments pour envoyer une newsletter sont à 10h le matin, en milieu d’après-midi, et autour de 20h le soir.

Si on complète ces informations avec une étude HubSpot sur le même sujet, il faut retenir que :

  • E-commerce : En ne considérant que le taux d’ouverture, le meilleur moment pour envoyer son emailing est le lundi. Mais en prenant en compte le taux d’ouverture ET le taux de clics (10% le lundi versus 35% le mercredi), le meilleur moment pour envoyer son emailing en e-commerce est le mercredi à 10h.
  • Logiciels : Le meilleur moment pour envoyer votre emailing est le mercredi entre 14h et 15h. C’est le moment où vous aurez le meilleur taux d’ouverture emailing combiné au meilleur taux de clics (36% entre 14h et 16h).
  • Marketing : Pour une agence en marketing, le meilleur moment pour envoyer un emailing est le mercredi entre 14h et 16h : meilleur jour en termes d’ouvertures et un taux clics qui avoisine les 20% !
  • Grande distribution : On constate que le meilleur moment pour envoyer un emailing est le jeudi entre 8h et 10h.
  • B2B et Services professionnels : Pour maximiser votre taux d’ouverture et vos clics, envoyez vos emailing le mardi entre matin entre 8h et 10h.

6) Testez encore et encore pour obtenir de meilleurs résultats

Comme pour toute stratégie marketing, pensez à effectuer un maximum de tests pour déterminer ce qui marche le mieux pour votre cible.
Pensez notamment à réaliser des tests sur :

  • Vos objets d’email
  • Vos pré-headers
  • Le jour et l’heure d’envoi de vos emails, etc.

 

Vous l’aurez compris, votre taux d’ouverture emailing dépend de plusieurs facteurs qui, ensemble, vont amener votre cible à ouvrir ou non votre email. Un taux d’ouverture élevé montre que les premiers éléments visibles de votre emailing (l’objet, le pré-header et de nom de l’expéditeur) captent l’attention de votre cible et que le rythme d’envoi ne les sature pas.

Si vous n’êtes pas satisfait de vos actions actuelles, n’hésitez pas à nous en faire part, on serait ravi d’en parler avec vous !

À bientôt ! 🚀

L’équipe de Growth Angels